58 [ dominique cozette, auteure artistique ]


dominique cozette
auteure artistique

post5851

« … L’humain est vaste, ses ramifications inextricables. Pour moi, il s’est toujours agi de refaire l’histoire à ma façon. La petite histoire des gens que nous sommes. La filtrer avec mes outils de compréhension et d’analyse. La traduire en poèmes de jeunesse, puis en chansons, en livres, en scénarios, en peinture et autres divers. La reconstruire selon mes normes. La partager pour m’en affranchir. La rendre plus comestible pour l’accepter. Ou plus ignoble pour m’en détacher. La vomir pour m’en purifier. Et y mettre de belles couleurs.»

  • peinture
  • projets
  • chansons
  • écriture
  • actu
  • bio / liens



peinture / hommes-femmes / archives

female attitude

post5823

Démarche / recherche artistique informelle marquée par une diversité dans la forme, le fond, la matière, le style, le degré de finition, jamais terminée, toujours en mouvement. Sorte d’atelier virtuel ouvert en permanence. A la charnière entre l’écriture, la conception et la peinture, cette rubrique a pour vocation de collecter toutes sortes de projets et d’idées que j’aimerais développer, que je ne peux pas concrétiser pour des raisons de temps, d’espace, de coût, ou que j’ai abandonnés. Le sujet « moi-même », ma vie, mon œuvre, sujet narcissique, riche et déroutant (!!!) y sera fortement présent.

male attitude

Comme la femme, l’homme est multiple, quel scoop. Tiraillé entre la tyrannie testostérale et le vouloir être civilisé, il jouit d’une marge de manoeuvre délicate. Passer pour une femelette ou laisser parler sa sensibilité, s’exprimer dans la force et l’arrogance ou s’essayer à des comportements plus subtils, tout est question de dosage plus ou moins compris, interprété, adapté.

dysfonctionnements

La violence est la première dérive du couple car elle inclut les autres. Violence physique dont viol, domination dans le ménage comme dans le milieu professionnel avec le plafond de verre toujours en vigueur dans notre France avancée, autoritarisme issu de l’alibi religieux comme la dissimulation du corps féminin sous divers tissus, utilisation de la femme comme d’un produit à jouir … la balance est chargée du côté masculin même si l’inverse, on le sait, existe.

archives

post5852

Ce sont mes débuts de peintre en 2006 où je testais différents matériaux, ainsi que mon trait. Je n’aime pas peindre sur toile, je n’aime pas le son que produit le frottement du pinceau ni le grain du tissé sous la peinture. En revanche, peindre sur du carton est jouissif : le matériau est lisse, le pinceau glisse et la couleur ressort sur ce fond brun. Souvent, j’ai conservé les inscriptionsd portées sur ces premiers cartons comme un motif intégré. J’y ai laissé aussi les scories, scotch, morceaux d’étiquette. Il y a quelques peintures sur papier. Le thème étaient les pots entre amis, avec, pour modèle mes photos personnelles, d’où succès parmi ceux qui se reconnaissaient. Mes premiers encouragements.


projets

ligne sète

post587Au printemps, sur la plage du Lido à Sète, j’ai été saisie par la vue de ces lignes qui composaient le site. D’un côté, la ligne d’horizon, de l’autre, à l’infini, des rangées de piquets en bambou séparant la plage de la route et de la voie ferrée. Il m’est alors apparu que Sète est aussi, malgré la rondeur tectonique de son relief, une ville de lignes. Des voies ferrées, des ponts métalliques, des cordages tendus, des pontons, des mâts, des grilles, des escaliers, des pieux dans l’eau, des constructions orthogonales… et j’ai eu envie d’illustrer cette idée très simplement, avec mon téléphone. Il se trouve que ma ligne de métro parisienne est la ligne 7. D’où l’intitulé de ce petit album qui me permet de joindre les deux bouts de mes lignes par une autre ligne, celle du TGV.








apnée

post588Dans mon enfance, j’ai été victime de noyade. J’ai ressenti la terreur de la noyade, l’eau est entrée dans mes poumons, j’essayais de crier, j’ai vu défiler ma maigre vie en accéléré, j’ai paniqué comme rarement. En fait, mon père n’était pas loin et m’a sortie de l’eau. Cependant, j’ai été suffisamment choquée pour être malade plusieurs jours, vomissant sans arrêt. Depuis, j’ai beaucoup d’appréhension à mettre la tête sous l’eau, à asperger mon visage sous la douche, je suffoque aussitôt. Néanmoins, je combats cette crainte infondée par différents moyens sans aller jusqu’à la plongée sous-marine : plongeon du bord des piscines, snorkeling dans les mers chaudes. Dans les années 80, on m’a offert un petit appareil photo étanche. J’ai tout de suite projeté d’en faire un outil thérapeutique, m’imaginant sous l’eau en apnée, faisant des portraits, si possibles amusants, des personnes qui se trouvaient avec moi, près de cette mer lisse, transparente et non fréquentée, condition sine qua non pour que le sable ne trouble pas l’eau.J’ai réalisé cette petite série mais au vu de la mauvaise qualité des clichés — idem pour ceux faits hors de l’eau — je n’ai pas poursuivi (Film mince, peu technique et peu commercialisé). Sur les deux dernières photos ce la série, on me reconnaît (photographiée par une tierce personne) au fait que je suis la seule personne incapable de prendre une pose sous l’eau, les fesses flottant en surface.


chansons

C’est re-moi. 2008  /  Cosette. 1967

post589

2008. J’ai toujours écrit des textes, composé des chansons. J’ai enregistré un 45 tours en 1967, et rien depuis à part une maquette sans suite chez Phonogram en 82. J’avais beaucoup de stock lorsque, en 2006, j’ai rencontré Stéphane Waltzer, musicien, dans un cours d’art plastique. Je lui ai fait écouter quelques chansons à la guitare, il a aimé et comme il avait un home studio, nous avons commencé à travailler. Il a amélioré ou changé certaines de mes musiques, trouvé de bons musiciens, travaillé les arrangements. Bien que sur certains titres, suite à diverses vicissitudes, on ait gardé la première prise de ma voix-maquette, le mixage est pro et le CD a été mastérisé par un grand monsieur, Gilles Papiri. Le résultat me plaît, j’aime beaucoup la voix grave et sensuelle de Stéphane qui enrichit énormément la mienne, j’apprécie l’ambiance et l’esprit de ce disque auto-produit et je suis très heureuse d’avoir pu mener à bien ce vieux rêve.
1967. Cosette est mon pseudonyme lorsque j’enregistre cet EP 45 tours en 1967 dans les studios Vogue, 54 rue d’Hauteville, en tant qu’auteure / compositeur / interprète (vulgairement ACI) avec les musiciens de Dutronc sous la direction de Hervé Roy.


écriture

post5892

blog

C’est ma cafèt’, mon bistro d’en bas, mon stand de vide-boîte crânienne. Parfait pour que mes images trouvent leurs mots, et mes textes leur visuel. Idéal pour y égrener mes propos de zébi, mes réponses à poser, mes questions à donner, mes langues au chat, mes bouche – à – oreille, mes zamois comte 2 mots, mes propotins. Super pour y cracher mes de qui smokton. Y faire circuler mes j’ailules et y déverser mon sac à ragots, mes rumeurs bénignes et autres gossips. Mes cozeries, quoi. Bref, c’est un blog.

théâtre

En 2006, Eliane Boéri, fondatrice des 3 Jeanne, me propose d’écrire avec elle son prochain spectacle sur le fait de vieillir. Le projet m’emballe et, pendant quelques mois, nous travaillons de conserve, avec les deux autres comédiennes, Marthe-Hélène Raulin et Annie Stone, qui mettent en bouche les scènes fraîches. Au final, Annie Stone qui a d’autres engagements, sera remplacée en alternance par Ariane Dubillard ou Virginie Lemoine, sur la scène du théâtre de la Gaîté en 2007. Annie Stone reviendra les années suivantes pour les tournées et pour le spectacle suivant « et toujours là ». Un nouveau spectacle est présenté pour le off d’Avignon 2013 et autres dates.

romans

couchées ! (pauvert 2000)
quand je serai jamais grande. (calmann-lévy 1999 / j’ai lu)
rewind. (calmann-levy. 1997)
ma femme. (grasset 1993)
mal de mère. (balland 1991)

actu

59e Salon de Montrouge

post580Sélectionnée par le 59e Salon de Montrouge qui se tiendra du 30 avril au 28 mai 2014
au Beffroi de Montrouge, face à la Mairie, métro Mairie de Montrouge.
Vernissage le 29 avril 2014.
Tableau © dominique cozette.

Page facebook et site du Salon de Montrouge.
« Nathalie Boutté – Paper art » dévoile quelques artistes parmi les 73 sélectionnés
du 59e Salon de Montrouge.










Aventures des Toiles, prêt-à-porter

post586

Figurez-vous que l’un de mes tableaux a suffisamment plu à François Gadrey, PDG de la très belle marque Aventures des Toiles, pour qu’il en fasse l’un des thèmes de sa collection printemps-été 2013. Sept artistes par saison ont ainsi le bonheur de représenter un thème sur une large palette de très beaux vêtements, robes, ensembles, hauts, jupes, pull, etc…
La légende a été gommée sur les modèle car tout le monde n’aurait pas eu envie d’exhiber I’m fuckin’ so great ! Oh my God ! Keep in contact. See you later (= CUL). Trop clivant.
Texte et tableau © dominique cozette. Photos © Aventures des Toiles.

bio / liens

bio sommairement détaillée


A 3 ans, je chante la Raspa de Paris sur le comptoir de l’épicerie de ma rue.
A 8 ans, je décide d’être célèbre pour avoir une bonne à la maison.
A 15 ans, j’écris et compose mes premières chansons.
A 18 ans, je perds ma virginité dans un champ.
A 19 ans, mon père refusant que je fasse Beaux-Arts, je fais droit…
A 20 ans, je tourne dans Playtime de Tati…
A 21 ans, je sors un disque yé-yé…
A 22 ans, la Studebaker de mon futur mari est incendiée…
A 24 ans, je me marie en minijupe de daim clair.
A 25 ans, j’habite en Vendée, j’élève des poules et je me fais un peu chier.
A 26 ans, je fais mon bébé.
A 27 ans, je suis psychologue auprès d’enfants handicapés.
A 28 ans, je reprends ma liberté.
A 29 ans, je découvre la révolution sexuelle.
A 30 ans, je suis secrétaire provisoire, puis chargée d’études. Je continue la guitare.. J’écris les paroles de quelques faces B. Puis j’entre dans la pub sans retirer ma veste, pensant juste prendre un drink. Et j’y reste.
[…]
Présentement :
J’ai réalisé mon album CD en 2008.
Je me marie le 8/8/8 avec mon fiancé d’Internet. Un petit-fils me naît.
J’expose mes peintures dans des endroits top.
Je blogue et je reblogue.
Je réfléchis à des installations et d’autres expressions artistiques.
Je continue à écrire pour les 3 Jeanne.
Je deviens chroniqueuse dans « Vents Contraires », la revue web du Théâtre du Rond-Point.
Je me fixe comme projet d’écrire un nouveau livre et de concrétiser de nouveaux projets artistiques.

site et blog

www.dominiquecozette.com
www.cozette.org
https://www.facebook.com/dominique.cozette
https://twitter.com/dominiquecozett @dominiquecozett




en hommage à une créatrice multidimensionnelle – cd & ccd
dernière mise à jour : 15 fev 2014

p_hdr02
Ça bouge à Clansayes www.cbac.fr email: contact@cbac.fr
CaBougeAssez cabougeassez.wordpress.com email: cabougeassez@gmail.com twitter: @CaBougeAssez
Publicités

A propos CaBougeAssez

Cinéma, concert, théâtre, expo... L'objet de l'art nous touche parce qu'il est traversé par notre histoire et rempli des joies de nos existences. | Vertigo, Jean-Pierre Esquenazi
Cet article, publié dans Littérature, Peinture, Photographie, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s