42 [ Cycle Films Mythiques • CHINATOWN • St-Restitut 31/7/2013 ]


CINQ VILLAGES font leur CINÉMA 2013
Cycle Films Mythiques

St-Restitut, mercredi 31 juillet à 21h30, Carrière de la Barrière, 90 Rte de Suze
Chinatown (Chinatown), de Roman Polanski
USA / 1974 / 2h05 / VOST / vidéo Blu-ray / Thriller

post421

Résumé
  Gittes, détective privé, reçoit la visite d’une fausse Mme Mulwray, qui lui demande de filer son mari, ingénieur des eaux à Los Angeles. Celui-ci est retrouvé mort, noyé. Gittes s’obstine dans son enquête, malgré les menaces de tueurs professionnels…

  • Man with Knife  « You’re a very nosy fellow, kitty cat. Huh? You know what happens to nosy fellows? Huh? No? Wanna guess? Huh? No? Okay. They lose their noses. »

Un chef-d’œuvre malgré une « troisième guerre mondiale »
  La réalisation de Chinatown fait partie de ces heureux hasards dont l’histoire de Hollywood regorge et qui favorisent la production de chefs-d’œuvre à l’intérieur des mécanismes standardisés de l’usine à rêves : la rencontre au bon moment de talents extraordinaires et de grands professionnels. C’est ainsi que Tobert Towne accepta sur les instances de Jack Nicholson, qui n’était pas encore une star à l’époque, d’écrire le scénario alors qu’il avait jusqu’ici travaillé essentiellement comme « script doctor ». Quant à Robert Evans, directeur du studio Paramount, il voulait depuis longtemps produire un long-métrage. Ayant eu vent du projet, il s’assura les services de l’auteur et des interprètes et sut convaincre Roman Polanski de le réaliser. Il avait déjà travaillé avec ce dernier sur Rosemary’s Baby (1968) mais le réalisateur était reparti en Europe après la mort affreuse de sa femme Sharon Tate. Enfin, Faye Dunaway, engagée pour le deuxième rôle principal, était elle aussi connue pour son caractère difficile et le tournage ne fut pas une mince affaire – comme on pouvait s’y attendre avec une telle réunion de personnalités excentriques. Evans parla d’une « troisième guerre mondiale » particulièrement entre Towne et Polanski. Le résultat fut un triomphe. Chinatown reçut onze nominations – mais seul Robert Towne ramena le trophée chez lui.

  • « Forget it, Jake. It’s Chinatown. »

Le premier film dont Polanski n’est pas le scénariste
  La fascination exercée par Chinatown, et qui fait de lui un classique, repose pour une bonne part sur le fait qu’il parvient mieux qu’aucun autre film à évoquer la grande époque du Hollywood des années 30 et 40 sans pour autant tomber dans le piège du simple hommage ou – comme tant d’autres productions – se complaire dans la nostalgie. Naturellement quand on voit le film de Polanski – ce fut le premier qu’il mit en scène sans en avoir écrit lui-même le scénario – on pense tout de suite aux détectives interprétés par Bogart, le Marlowe du Grand Sommeil (The Big Sleep, 1946) de Howard Hawks, ou son collègue le cynique Spade du Faucon Maltais (The Maltese Falcon, 1941), mis en scène par le légendaire John Huston, lequel fait une grandiose apparition dans Chinatown dans le rôle du patriarche monstrueux, aussi brutal que sentimal, qui tire toutes les ficelles. Contrairement à Bogart, Nicholson n’est guère héroïque. Son J.J. « Jake » Gittes est un petit fouineur tout à fait sympathique, avec une tendance à la vantardise et aux plaisanteries graveleuses, qui a certes du charme et quelques tours dans son sac, mais qui mène en moraliste un combat sans issue et doit en permanence encaisser les coups. La scène dans laquelle Polanski en gangster pourri lui taillade le nez avec un couteau est inoubliable… A découvrir The Two Jakes (1990), la suite de Chinatown réalisée par Jack Nicholson en personne.

Source: Films des années 70; Jürgen Müller; Taschen 2003

 
Générique
Réalisation : Roman Polanski
Interprétation : Jack Nicholson (Jake ‘J.J.’ Gittes), Faye Dunaway (Evelyn Cross Mulwray), John Huston (Noah Cross), Perry Lopez (Lieutenant Lou Escobar)
Scénario : Robert Towne
Photographie : John A. Alonzo
Musique : Jerry Goldsmith
Décors : Richard Sylbert, Ruby R. Levitt
Costumes : Anthea Sylbert
Éditeur/Distributeur : Paramount

Retour au programme « Cinq Villages font leur Cinéma 2013 »

-cd

P_hdr00

Ça bouge à Clansayes  www.cbac.fr
email: cabougeassez@gmail.com   blog: cabougeassez.wordpress.com   twitter: @CaBougeAssez

Publicités

A propos CaBougeAssez

Cinéma, concert, théâtre, expo... L'objet de l'art nous touche parce qu'il est traversé par notre histoire et rempli des joies de nos existences. | Vertigo, Jean-Pierre Esquenazi
Cet article, publié dans Cinéma, Cinq Villages font leur Cinéma, Cinq Villages font leur Cinéma 2013, Festival de cinéma, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s